Il Était Une Fois…

 

Comme ce fût le cas pour plusieurs clubs de golf canadiens d'âge respectable, Summerlea a vu le jour à un autre emplacement. C'est à Lachine que le Club de Golf Summerlea s'est d'abord distingué comme un des meilleurs au pays.

 

En 1920, les vestiges de la Première Guerre mondiale étaient presque oubliés. Les années qui suivirent furent prospères et Montréal était en plein essor. Au même moment, le golf atteignait une popularité envoûtante, ce qui força l'Association de golf de Montréal à se réorganiser sous la bannière de l'Association de golf du Québec.

 

Un groupe de golfeurs qui jouaient régulièrement sur un parcours de neuf trous à Lachine se réunirent dans un but de former leur propre club. En 1921, au moment où le Canada glissait dans une dépression économique passagère, le club achetait 215 arpents de terrain au coût de 93,000 $. Le terrain étais sis à environ neuf milles de la ville de Montréal, au nord des voies ferrées, tout près de la gare Dixie du CP. Sur cette parcelle de terre était autrefois située une ville qui portait le nom de "Summerlea".

 

park
Baptisé Summerlea, le club engagea un golfeur écossais de réputation mondiale, qui était aussi architecte de parcours de golf, Willie Park Jr, pour concevoir le plan du terrain de golf. Park avait remporté deux fois l'Omnium britannique (British Open). De plus, il était connu dans la région montréalaise pour y avoir dessiné une dizaine de parcours.

 

La construction débuta en 1921 et dura deux ans. Le club ne lésine pas sur les dépenses, déboursant plus de 350,000 $ sur la propriété, dont près de 40,000 $ ont servi à l'achat de semences pour les allées et les verts.

Summerlea a été incorporé au printemps de 1922. Le 1er août, le secrétaire-trésorier, M.R.J. Ward, indiquait dans son rapport que le club avait inscrit plus de 400 membres actionnaires et plus de 200 femmes. Bien que ce ne soient que des rumeurs il semblerait que parmi les premiers membres certains seraient venus du Club de golf Outremont, lequel était en train de se dissoudre.

 

 

 

Pour la première saison, un parcours temporaire de neuf trous ainsi qu'un pavillon ont été aménagés. Quoique le club ait été un peu bondé, tous les membres étaient satisfaits des progrès accomplis. Selon les prévisions, les 27 trous devaient être prêts le 1er Juin 1923.

 

 Faisant figure de pionnier relativement au concept, Summerlea avait planifié un parcours de 27 trous composé de neuf trous (normale 36) réservé aux femmes et aux membres juniors et de 18 trous totalisant 6,500 verges (normale 70), soit deux neuf trous (normale 35) d'une longueur de 3 315 et de 3 185 verges respectivement.

 club

Les cérémonies d'ouverture officielle eurent lieu de 30 juin 1923. Pour souligner l'occasion, le président honoraire, M. Robert Bickerdike, présenta une
médaille d'or qui serait remise comme récompense lors d'un tournoi déterminé par les directeurs. Mme. R.E. Guy Smith, présidente de la section des femmes, baptisa officiellement le parcours en cassant une bouteille de champagne.

 

Le professionel du club à l'époque, Jock Brown, offrit un nouveau bois à M. Bickerdike et à Mme Smith, lesquels inaugurèrent officiellement leurs parcours respectifs à l'aide de leurs bâtons de cérémonie. Débutèrent ensuite le match des hommes et celui des femmes.

Plus tard dans la journée, le premier match officiel fut disputé entre les groupes de joueurs représentant l'équipe du président E.N. Todd et celle du vice-président Dr Tatley. L'équipe du Dr Tatley remporta la victoire par un pointage de 34 contre 36. Il a été impossible de retrouver les résultats du match des femmes.

 

Au cours de la première saison, des compétitions contre les autres clubs furent organisées. En 1994, on a d'ailleurs retrouvé chez un antiquaire un trophée sur lequel était gravé: "Summerlea Golf Club, President's Cup 1923, won by H.F. Mills". Le nom d'Harold F. Mills figure aussi sur un trophée qui commémore le tournoi par groupe de quatre de 1927 où il faisait équipe avec U.D. Woodward.

À première vue, Summerlea ne semblait pas se distinguer des autres clubs qui existaient à l'époque. Cependant, il était réputé pour être tout d'abord un club familial. Une tradition que le club n'a jamais cessé d'entretenir.

 

Un Succès Planifié

 

Les fondateurs du club n'ont rien laissé au hasard. Très tôt, ils ont vite compris que les services d'un bon instructeur étaient essentiels pour transmettre le goût du jeu aux générations futures. Dans cette optique, ils engagèrent un professionel écossais qui venait d'immigrer au Canada, Jock R. Brown.

 

jock

 M. Brown était un bon enseignant et un excellent golfeur. En 1925, Jock Brown a gagné l'Omnium du Québec. Il a aussi fait bonne figure à l'Omnium du Canada et aux championnats de l'ACGP, à tel point qu'il fut choisi en 1927 pour faire partie de l'équipe canadienne composée de dix professionnels qui devaient affronter l'équipe britannique qui avait participé au tournoi de la Ryder Cup. Ils disputèrent deux matchs d'exhibition à Toronto et à Montréal. Quatre ans plus tard, lorsque l'équipe britannique de la Ryder Cup revint en Amérique du Nord, Jock a encore une fois fait partie de l'équipe. Jock Brown a été témoin des déboires qu'a connus le club à ses débuts et il a grandement contribué à faire de Summerlea un des meilleurs clubs du pays. Il est décédé en 1943 après avoir servi les membres pendant près de vingt ans.

 

Le mois de mai 1924 a marqué la fin de la construction du pavillon, lequel s'élevait sur deux niveaux et demi en plus d'être entouré de vérendas sur trois côtés, offrant ainsi une vue panoramique des parcours. Le pavillon était divisé en trois sections; la section réservée aux hommes se trouvait du côté ouest et celle des femmes du côté est. Une grande salle pouvant accueillir 125 personnes avait été aménagée au centre. La section centrale servait aussi de salle de réception et de danse.

 
À La Rescousse du Club

 

En 1929, le krach du marché des titres marquait la fin de l'opulence des années vingt et le début de la "crise de 1929."

La survie de Summerlea pendant ces temps difficiles en dit long sur la dévotion et la détermination des membres du club. Pendant les années trente, plus de 600 clubs de golf en Amérique du Nord fermèrent définitivement leurs portes. En 1939, la situation financière de Summerlea était très précaire. Cinq ans plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, Summerlea déclarait faillite.

 

 Incapable de maintenir le club à flots, les membres ont dû se résoudre à trouver quelqu'un qui pourrait le soutenir financièrement. C'est là qu'entra en scène le sénateur Donat Raymond, qui fut sans contredit le plus grand bienfaiteur dans l'histoire du club.

 donat

M. Raymond était non seulement un chef de file de l'industrie canadienne, mais aussin un financier prospère, un politicien habile, un industriel et un sportif populaire. Il s'intéressait au forum de Montréal - demeure des Canadiens de Montréal - puisqu'il était cofondateur de la Canadian Arena Company. Gentleman-farmer, M. Raymond exploitait une écurie de pur-sangs champions qui ont remporté trois coupes du roi (King Plate) et de nombreux autres prix.

D'une grande générosité, le sénateur Raymond acheta la propriété des liquidateurs et loua le club aux membres. Un an plus tard, les membres redevenaient propriétaires tandis que M. Raymond signait l'hypothèque et siégait au conseil d'administration.

 

Le 13 septembre 1949, le malheur frappa à nouveau Summerlea: le pavillon et son contenu furent détruits par le feu. Encore une fois, le sénateur Raymond vint à la rescousse en prenant les dispositions nécessaires pour reconstruire le club. M. Donat Raymond est décédé le 6 juin 1963, quelque mois après que Summerlea eut déménagé sur son emplacement actuel.


Lachine Accueille Les Golfeurs

 

Il est intéressant de noter que le caractère familial de Summerlea a toujours été une priorité puisque le premier tournoi provincial d'importance qui s'y est déroulé en 1924 était le Championnat junior du Québec. Ce championnat fut le premier d'une série de tournois provinciaux et nationaux importants, disputés à Summerlea par des professionnels et par des amateurs.

 

Voici quelques-uns des tournois qui se sont déroulés au premier emplacement du club:

 

Deux omniums Labatt, y compris la tournée inaugurale en 1953 dont la bourse totalisait 25,000 $, soit le double de celle de l'Omnium du Canada. En 1955, l'Omnium était reconnu comme un tournoi autorisé sur le circuit de la "PGA".

littler

Omnium du Canada (1935)

Deux championnats de l'ACGP (1926 et 1950)

Championnat amateur du Canada (1928)

Quatre championnats amateurs du Québec (1931, 1939, 1951, 1962)

Deux championnats juniors du Québec

Quatre omniums du Québec (1931, 1943, 1954, 1960)

Quatre omniums printaniers du Québec (1942, 1947, 1952, 1956)

Sept championnats séniors du Québec (1936, 1944, 1948, 1953, 1957, 1958, 1959)

Championnat amateur féminin du Québec (1955)

 

Le nombre de championnats qui ont été disputés démontre le respect qu'avait aquis le club au sein de la communauté des golfeurs. Puisque Summerlea fut un des derniers clubs conçus par Park, décédé en 1925, il servit de monument à sa mémoire.


Des Adieux Mémorables

 

À l'automne 1962, les membres firent leurs adieux à Lachine, mettant ainsi un terme à une époque mémorable de l'histoire du club. Cependant, leur deuil se prolongea puisque l'année suivante le sénateur Raymond mourut et Walter Lilly, un ami de longue date, prit sa retraite.

 

Né à Lachine, Walter Lilly a travaillé pendant de nombreuses années comme cadet à l'emplacement initial du Club de golf Summerlea. Par la suite, il a été l'assistant du professionnel Jock Brown. La carrière de Walter en tant que golfeur fut interrompue par la Seconde Guerre mondiale en 1939.

En 1946, Walter Lilly retourna à Summerlea et remplaça Roland Huot en tant que professionel. En plus d'être un bon instructeur, il était aimé de tous. Walter remporta l'Omnium printanier de l'Association de golf du Québec en 1947.

 

Durant ses 17 années de service, Walter mit sur pied des cliniques de golf pour les jeunes et consacra beaucoup de temps au programme pour les juniors. En raison de problèmes de santé, Lilly prit sa retraite en 1963. Il mourut en 1966.


Un Nouveau Chapitre

 

La fin des années 1950 est marquée par de nombreuses difficultés. La hausse des impôts et le développement urbain affectent le club et ce dernier, doit se chercher un nouvel emplacement. En déployant autant d'effort et d'énergie que les fondateurs originaux lors de la construction des parcours de Lachine, les directeurs de 1960 planifient le déménagement et la reconstruction du club dans ses moindres détails.

 

cornishEn 1961, le conseil demande à Geoffrey Cornish de concevoir deux tracés de 18 trous, le parcours Dorion d'une longueur de 6 845 verges (normale 72) et le parcours Cascade qui mesure 7005 verges (normale 72). Ce sera le premier projet d'envergure de l'architecte canadien.

Cornish qui avait fait son apprentissage sous l'égide de Stanley Thompson, se sert des éléments naturels du terrain pour concevoir le plan de façon stratégique. Il trace les contours des parcours en tenant compte des petits lacs et des cours d'eau sur le terrain; il place les fosses de sable à des endroits propices et conçoit quatre tertres de départ pour assurer une plus grande diversité et un potentiel de difficultés tout en respectant la configuration du terrain.

 

Le parcours Cascades est prêt le premier. Rapidement, il acquiert la réputation d'être un des parcours les plus difficiles du pays. Un peu plus lentement, le parcours Dorion parvient à maturité et s'avère être un parcours tout aussi intéressant. M. Cornish peut être fier de ses parcours qui présentent un défi de taille pour les golfeurs de tous les niveaux.

 

house

Au moment où M. Cornish façonne ses parcours, on confie à l'entreprise d'architectes Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold, Michaud & Sise la conception des plans du pavillon.

 

Un style contemporain offrant des aires ouvertes et lumineuses est retenu. Situé au plus haut point d'une falaise et grâce à ses balcons qui, aujourd'hui, sont fermés, le pavillon en met plein la vue. Sur le côté ouest, ce sont les deux parcours qui impressionnent. Le design du pavillon s'est avéré intemporel.


Des Professionnels Qui Font Leur Marque

ao

 

En 1964, un fois la construction du pavillon terminée, les membres souhaitent la bienvenue au nouveau professionel du club, Alan Ogilvy.

               

Venant du Ashburn Golf and Country Club situé à Halifax, M. Ogilvy a travaillé à Summerlea pendant douze années. Sous sa direction, le programme des juniors connaît un grand succès et il y a constamment de l'activité à la boutique en raison de la grande demande pour les leçons.

 

fry
En 1976, Alan part pour le Lambton Golf Club situé à Toronto. Son successeur, Bruce Fry, vient du Club de golf Hermitage, situé à Magog (Québec) où il y travaillait comme adjoint de son père. Bruce resta à Summerlea pendant trois ans.

 

Duke Doucet fit son entrée à Summerlea en tant qu'adjoint de Bruce en 1976. Trois ans plus tard, il remplaçait M. Fry et devenait le sixième professionel du club.

 duke

Doucet a appris à jouer au golf lorsqu'il était le cadet de son père à Windsor Mills (Québec). Après une carrière fructueuse en


tant que joueur amateur, M. Doucet s'est joint aux rangs des professionels en 1968 et a participé à des tournois en Floride, en Europe, en Afrique du Sud et au Canada au début des années 1970.


L'année 1972 fut une année marquante pour Duke puisqu'il a remporté neuf des dix tournois auxquels il s'était inscrit, y compris le Championnat de l'Association des Pros du Québec. Il s'était classé deuxième dans l'autre tournoi.

 

 Duke Doucet a su appliquer avec succès ses standards élevés de compétiteur à l'administration du golf. En 1990 et en 1992, Duke Doucet était élu "professionel de l'année". Il fut président et capitaine de la PGA du Québec en plus d'être directeur de la PGA du Canada.

 

Duke est devenu Directeur du golf en 1999 et Jim Vandette est devenu le septième professionnel en titre la même année. Jim a complété ses études dans le sud des États-unis et est revenu travailler comme adjoint à trois (3) différents clubs de golf au Québec avant de revenir à Summerlea comme professionnel associé de Duke en 1996.

 

Summerlea a toujours été préoccupé par l’essor du golf. Dans ce but, la politique d’ouverture du club relativement aux championnats a permis à plusieurs golfeurs reconnus mondialement de relever de nombreux défis.

 

Voici quelques-uns des tournois qui se sont déroulés au nouvel emplacement du club:

Championnat amateur masculin du Canada (1966)

Omnium du Québec (1971)

Championnat amateur masculin du Québec (1975, 1980, 1991)

Chairman's invitational (1980)

Championnat amateur sénior du Canada (masculin) (1996)

Championnat amateur sénior du Canada (féminin) (2001)

LPGA DuMaurier (1981) (Jan Stephenson)

LPGA Banque de Montréal (2002) (Meg Mallon)

Skins Game Export "A" de la PGA (1996) (Fred Couples, Nick Faldo, Nick Price, Ernie Els)

 

Les recherches sur l’historique du club et la rédaction des textes ont été accomplies par Tim McKeown. Nous désirons témoigner notre reconnaissance à Karen Hewson de l’ARGC et Marion Dunn du Summerlea pour leur coopération et pour les renseignements qu’elles nous ont fournis.